Accéder au contenu principal

Sahara Occidental : l’Internationale socialiste interpelle le SG de l’ONU



L’Internationale socialiste lors de sa dernière réunion à New York à adopté une résolution appuyant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui. L’ IS demande également au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, de «s’impliquer personnellement davantage», afin de débloquer le conflit du Sahara occidental et la mise en route du processus de paix, dans l’impasse en raison des blocages, des tergiversations du Maroc, sans parler de son recours à la corruption des hauts fonctionnaires onusiens aux Nations unies et la mise sur écoute de Ban-Kimoon à travers une société italienne de Hacking. 

Dans son rapport publié après la réunion de son Conseil tenue au siège de l’ONU à New York l’Internationale Socialiste demande à la communauté internationale de s’engager «d’une manière plus déterminée dans la recherche d’une solution juste et durable «à un conflit qui dure depuis quatre décennies. Cela pourrait exiger la participation du Secrétaire général de l’ONU en vue de sortir de l’impasse le processus de paix qui, prévalait à ce moment d’une manière qui semble être irréversible si l’on ne procède pas à faire un effort extraordinaire pour aller de l’avant» signale le rapport. 

L’IS demande à Ban-Kimoon de se rendre dans la la région, selon les déclarations faites aux journalistes par la Secrétaire des relations internationales du PSOE, Carme Chacon, qui préside le Comité Méditerranée de l’IS.«Nous croyons qu’il s’agit d’une conjoncture particulièrement difficile dans les deux rives de la Méditerranée pour de nombreuses raisons et qu’il conviendrait en profiter de cette conjoncture, en tenant compte que les mois prochains ne vont pas être faciles», a affirmé Chacon dans des déclarations de presse .Juan Antonio Yanez-Barnuevo, président de la mission qui a élaboré le rapport et qui a visité la région au mois de mai dernier, a signalé que «nous ne pouvons pas nous contenter de maintenir le statu quo» et il a misé pour un effort de «diplomatie préventive» de la part de la communauté internationale, ajoute la même source .


Par ailleurs et à propos des pays occidentaux qui encouragent le Maroc dans son intransigeance et à refuser l’application des résolutions de L’ONU sur le Sahara occidental, Abdelaziz Rahabi, ancien ambassadeur et ancien ministre de la Communication a affirmé dans une interview que «l’Occident est très sensible au chantage à la stabilité du Maroc», ajoutant qu’il “y a ainsi une pensée diffusée chez certains gouvernements, chez des experts en sécurité, dans des task forces que l’indépendance du Sahara Occidental pouvait entraîner une instabilité dans le royaume. Nous, nous pensons au contraire que le règlement de la question sahraouie consoliderait le Maroc et tout le Maghreb”. 

Selon Rahabi, “il est incontestable que sans le soutien de la France, de celui de l’Espagne et sans la complaisance américaine, le Maroc n’aurait jamais fait preuve d’autant d’arrogance et de rigidité dans ses positions vis-à-vis du Sahara occidental. C’est le soutien multiforme et inconditionnel notamment de ces pays, qui est le fondement de l’intransigeance des Marocains et qui explique pour une grande part le gel des contacts entre les Sahraouis et les Marocains et le ralentissement du processus onusien”. 

Concernant la position de l’Algérie sur le conflit du Sahara occidental, Rahabi a souligné que “la position algérienne a une qualité que tous les partenaires reconnaissent, c’est sa constance. Depuis 1975, nous défendons cette position. Nous n’avons cédé ni aux crises, ni aux chantages, ni aux pressions étrangères, ni au temps. On a toujours dit que c’était une question de décolonisation et qu’à ce titre, la communauté internationale a une responsabilité”. 

“Ce qui peut constituer une évolution dans la diplomatie algérienne c’est que cette question va revenir progressivement au sein de l’Union africaine à qui il appartiendra dès lors d’agir comme groupe pour faire avancer la dynamique qui est ralentie en ce moment essentiellement à cause des pressions françaises, espagnoles et américaines”, a-t-il ajouté.
M. Bendib

Posts les plus consultés de ce blog

Des sénégalaises esclaves en Arabie Saoudite

Dans la photo, une sénégalaise est torturée par des saoudiens. Elle fait partie de ces pauvres sénégalais qui ont été dupés par les réseaux mafieux qui se sont enrichis en faisant de l'Arabie Saoudite El Dorado des africains.
Cette femme est tombée dans le piège. Comme les autres, elle a dû payer au moins 2000 euros pour obtenir le visa vers son calvaire et le calvaire de milliers d'indonésiens, de philippins et d'ailleurs du monde musulman. L'Arabie Saoudite où l'esclavage est pratiqué sous ses pires formes. 
Les femmes, une fois arrivées au pays, sont dépourvues de leurs documents et obligées à faire tout genre de travail domestique, violées, batues et jamais payées.
C'est le pays que le président Macky Sall a choisi pour envoyer les soldats sénégalais dans une alliance phantasmagorique dont le but est d'agresser à d'autres pays musulmans avec la bénediction de leur maître, la France. 
Macky Sall, le loup déguisé de mouton, ne fera rien pour cette fe…

Macky Sall s'en prend à la Mauritanie ... pour 50 millions d'euros

Selon le journal RIM Sans Frontières, le président sénégalais a touché un pactole de 50 millions d'euros du Maroc en échange de participer à un plan de déstabilisation de l'Union Africaine. 
En effet, Macky Sall, lors de son dernier séjours privé au Maroc, a été bien soigné par le roi du Maroc. Accueilli dans le luxe et l'abondance, Macky n'a pas pu refuser une offre trop alléchante.
En contrepartie, le président sénégalais a promis au roi du Maroc un "retour" triomphale dans la salle du 27ème Sommet de l'UA avec des chaleureux applaudissements sans passer par les procédures de demande et vote.
Le Maroc a demandé aussi à Macky Sall de punir la Mauritanie pour son refus de rejoindre le Sénégal dans sa mésaventure africaine. Ainsi, Dakar a ordonné aux éleveurs de troupeaux mauritaniens de quitter le Sénégal en moins de 48 heures. Une initiative qui prouve qu'on est loin des méthodes de la diplomatie.
Si Macky Sall a été déçu par Nouakchott, sa déceptio…

Le Maroc perd un allié de taille au sein de l'UA

Volte-face de l’Egypte dans le dossier du Sahara occidental. Si, pendant longtemps, l’Egypte a appuyé sans réserve la diplomatie marocaine dans le dossier du Sahara occidental au sein de l’UA et surtout à l’ONU, où elle a voté en faveur du plan d’autonomie proposé par le royaume, cette fois elle a pris à contrepied la position marocaine, qui perd ainsi un allié de taille au sein de l’UA, et même de l’ONU.
En mars et en avril derniers, le Caire a en effet fortement plaidé au Conseil de sécurité en tant que membre non-permanent - la cause du royaume lors de sa crise avec le SG des Nations unies Ban Ki-Moon.
L’Egypte ne figure pas sur la liste des 38 pays signataires de la motion réclamant de l’Union africaine la suspension de la RASD. En plus de l’Egypte, la Tunisie, la Mauritanie ou encore le Niger se sont tous abstenus de signer cette motion, paraphée par la majorité des pays francophones proches des thèses françaises sur la question sahraouie. 
Les Etats sus-cité ont tous refusé d’a…